Acthea entre en scène du 6 au 11 avril !

Le 6 avril prochain débutera la XXIème édition du Festival Européen de théâtre Étudiant d'Albi organisé par les élèves d'IMT Mines Albi.

25 mars 2019

Le Festival Acthéa, Festival Européen de Théâtre Etudiant organisé par les élèves d’IMT Mines Albi, fêtera son 21e anniversaire du samedi 6 au jeudi 11 avril 2019. Comme chaque année, l’évènement se déroulera au cœur d’Albi. Le programme se divisera en deux temps : le IN qui propose du théâtre étudiant, et le OFF où les arts de rue sont mis à l’honneur.

 

 

LE OFF

Samedi 6 avril

10h30 : Place du Vigan
Show d'improvisation de la troupe Tecca (Institut National Universitaire Champollion)

12h : Place de la Cathédrale
Show acrobatique "Par dessus dessous"

14h : Place du Vigan
Concert de l'Orchestre des élèves d'IMT Mines Albi

14h30 : Place du Vigan
Matchs d'improvisation par Impro'Cibo (ENSAT Toulouse) et La Tribu (Centrale Nantes)

15h : Place Lapérouse
Démonstration et initiation au Slack Line (élèves d'IMT Mines Albi)

16h : Place du Vigan
Show de danse Rock (élèves d'IMT Mines Albi)

17h30 : Bar Le Chien Rouge
Concerts de musique par Métalbi et Les Poulpies (élèves d'IMT Mines Albi)

19h : Bar Le Chien Rouge
Show de Magie Close up par William Eston

Dimanche 7 avril

14h : Place du Vigan
Spectacle d'impro professionnel par La Clique Cie

16h : Place du Vigan
Spectacle de cirque de rue par Crucru (National Circus School of Brazil)

LE IN

Lundi 8 avril - Théâtre des Lices

20h10 :  Double Jeu - HEC Paris, Don Juan adapté par Julie Carcuac

double_jeu_pic2.png

double_jeu_pic2.png, par csuderie

Tel une âme déchue, Dom Juan est condamné à revivre éternellement les évènements qui l’ont conduit à sa perte… Poids de la fatalité, dualité homme-femme, tout est mis en scène pour insuffler énergie et modernité dans ce grand classique de la dramaturgie française.

« Je t’apprends, inter nos, que tu vois en Dom Juan, mon maître, le plus grand scélérat que la terre ait jamais porté, un enragé, un chien, un diable, un Turc, un hérétique, qui ne croit ni Ciel, ni Enfer, ni loup-garou, qui passe cette vie en véritable bête brute, un pourceau d’Épicure, un vrai Sardanapale, qui ferme l’oreille à toutes les remontrances qu’on lui peut faire, et traite de billevesées tout ce que nous croyons. » Sganarelle, Acte I sc. 1

21h45 : Sketchs humoristiques du Science Comedy Show

Troupe professionnelle de vulgarisation scientifique, composée de jeunes chercheurs de l'Université de Toulouse dans de nombreux domaines (histoire, biologie, cancérologie, logistique, chimie, thermodynamique, etc.). L'objectif des représentations proposées par le Science Comedy Show est de faire découvrir des faits scientifiques au public au travers de sketchs humoristiques de 5-10min via des formats variés (stand up, slam, magie, sketchs à plusieurs).

Le Science Comedy Show est le parrain officiel de l'édition 2019 du festival Acthéa.

Matthieu Pouget, metteur en scène a déjà remporté un prix lors d'une édition précédente. Quentin Schoen, membre de la troupe et alumni 2015, a présidé le festival en 2014 et mis en scène plusieurs pièces ces dernières années à Acthéa.

 

Mardi 9 avril - Maison de quartier de Cantepau

20h00 : TUL - Louvain, Les nuits de l’amoureuse

louvain.jpg

louvain.jpg, par csuderie

En 1980, en direct sur Radio Frissons, Anne et Jean-Luc animent tranquillement leur émission de radio, comme à leur habitude. Mais en cette nuit d’Halloween, ils ont décidé de raconter une légende des plus sordides à leurs auditeurs, la légende des Nuits de l’Amoureuse… Les évènements se déroulent à Bruxelles en septembre 1972. Lorsque Marianne, 20 ans, débarque dans son nouvel appartement, elle fait la connaissance d’étranges colocataires : Angela, une jeune fille lunatique et excessive, Alfred, un marxiste-léniniste fanatique de Mao attendant encore la prochaine révolution et Ferdinand, un rockeur ténébreux et peu bavard. Très vite, Marianne ne se sent pas très bien dans l’appartement et pressent un certain malaise. Heureusement, elle peut compter sur Léone, sa très belle et chic voisine d’en face, qui n’hésite pas à venir lui rendre visite. C’est alors que Marianne découvre qu’une drôle d’histoire se cache entre les quatre murs de l’appartement : la légende de l’Amoureuse. Les Nuits de l’Amoureuse s’inspire du giallo, un courant de films italiens mêlant horreur, policier et érotisme, ayant connu ses heures de gloire dans les années 60 et 70. Reconnaissable de par ses couleurs et son esthétique baroque, le giallo a marqué le cinéma de genre grâce à des films comme Suspiria de Dario Argento. Avec des ambiances inquiétantes mais aussi beaucoup de musique, Les Nuits de l’Amoureuse vous promet un spectacle haut en couleurs. Âmes sensibles s’abstenir !

21h45 : Souffleurs de Vers - Institut Catholique de Paris, Musée haut, musée bas
Le Grand Musée est en proie à une agitation perpétuelle : tandis que les gardiens tentent de diriger les touristes étrangers et les bruyants groupes scolaires, Mosk, la conservatrice, semble obsédée par toute trace de nature susceptible de s’introduire dans l’établissement culturel. Elle trouve régulièrement des pousses de lierre tandis que des têtards viennent de faire leur apparition dans les toilettes. À tous les étages, c’est l’effervescence : des touristes français s’extasient devant les impressionnistes alors qu’un ministre semble un peu perdu dans une exposition de photos de pénis. Au sous-sol, les magasiniers ne sont pas en reste et préparent les prochaines expositions… Dans un univers complètement absurde et décalé, à l’humour grinçant, Jean-Michel Ribes met en scène, à travers une multitude de décors et de scènes, de nombreux personnages, 5 artistes, visiteurs, conservateurs et guides, qui s’éparpillent dans le grand bazar de la culture d’aujourd’hui exposée sous toutes ses facettes.

 

Mercredi 10 avril - Lycée Louis Rascol

20h00 : Répliques - Unversité Toulouse Jean Jaurès, Sais-tu que les bouleaux rosissent à l’hiver ?

association-replique-theatre-1.jpg

association-replique-theatre-1.jpg, par csuderie

Sais-tu que les bouleaux rosissent à l’hiver ? est une pièce sans histoires puisque l’auteur n’aime pas les histoires. On trouve le personnage de La Mère, effacée et lasse de vivre, le personnage du fils, Gurvan, dit Le Frère, de retour à la maison après quatre années de disparition, le personnage de Louison, la soeur aînée et dépressive, celui de Silviane dit Sisi, la soeur excentrique et naïve et celui de Jeanne, la cadette, révoltée et rebelle. Il y a aussi Alexie dit Cerise, la meilleure amie d'enfance de Louison et son frère Luc, le petit-ami de Louison. Il y a le Druide, un jeune homme du village et Le Cousin dit La Duchesse, une folle que prend sous son aile Sisi en lui attribuant affectivement un lien de parenté. Reste Le Choeur des Jeunes, d'indéfectibles sales gueules qui traînent les rues et se droguent tout le jour et leur chef de meute Le Corbeau. On ignore où se situe ce drame, dans quelle localité perdue, dans quelle région de France, mais ce n'est pas bien grand, chacun a déjà vécu ici où la non-action se déroule, mollement, ce n'est pas une ville, ce n'est guère plus grand qu'un hameau, on se connaît tous, on voudrait en partir, on y reste de trop.

 

21h45 : IEP Strasbourg, Tous des oiseaux

"Une femme qui quitte son mari après lui avoir préparé un excellent dîner, voir ce qui les attache, une chienne, un repas, la place de la femme, savoir qui va quitter l’autre, toujours en Rupture, avec le texte, avec l’innommable et la solitude des corps. Un homme et une femme sont assis l’un en face de l’autre dans un train entre Paris et Francfort. Ils ne se parlent pas, ils pensent. Elle l’observe car elle l’a reconnu. Elle a aimé les livres de cet homme à défaut d’avoir aimé tout court. Et s’il n’était pas trop tard ? Comment entrer en contact avec lui ? Que dire ? Que faire ? Il l’a finalement remarquée : elle lit un livre, son livre, L’Homme du hasard . Qui est-elle ? Pour rire pour passer le temps, le goût amer de l’acier dans la bouche, la sensualité perverse, à l’humour désespéré. Quatre personnages « jouent » à la torture : deux bourreaux, une victime, un complice malgré lui. Mais est-on complice malgré soi ? Les Illusions comiques s'ouvrent sur un cauchemar en forme de farce ; le poète, « Moi-même », découvre avec ses camarades que le monde entier est soucieux de sa parole. Les journalistes, les politiques et les prélats sont soudainement pris d'une épidémie d'amour du théâtre. Comme si la mort avait en dernier recours ouvert une ère du théâtre. Le poète résiste, ce que le théâtre doit faire pour le monde, c’est du théâtre et du théâtre seulement. Quatre pauses, des rencontres inattendues, des ruptures banales de couples anodins à la torture psychologique, un hymne au théâtre au-delà de la nostalgie et du sublime. Des rires aux larmes, les petites pauses théâtrales résonneront dans une bulle de temps, entre 4 murs d’un théâtre, un public comme seul regard."

Jeudi 11 avril - Carré Public

20h00 : Appel des Planches, La divine comédie, l’évangile selon l’amitié, pièce originale des élèves d'IMT Mines Albi

“Après la disparition inquiétante de ses amis, un homme part en quête de réponses. Subterfuges, mensonges, menaces et péripéties en tout genre se dresseront sur sa route. Arrivera-t-il a ses fins ? Dieu seul le sait.”