Deux finalistes IMT Mines Albi au concours METHA Europe 2019

Le 8, 9 et 10 mai se déroulera l’édition 2019 du concours Metha Europe. Romain Di Costanzo et Linh Phuong Luong, incubé et étudiante entrepreneur IMT Mines Albi sont finalistes du concours.

08 mai 2019

Qu’est-ce que le concours METHA Europe ?

Organisé par les écoles de l’IMT en partenariat avec l’événement EVER Monaco 2019, METHA (Maîtrise de l’Energie dans les Transports et l’Habitat) est un concours de projets innovants sur le thème de la «Ville Durable ».

Metha Europe 2019

Metha Europe 2019, par csuderie

Il porte sur 3 catégories :

  • Une catégorie « Ante-création » : destinée à récompenser une idée ou un concept innovant.
  • Une catégorie « Développement » pour les entreprises des domaines concernés par le concours de moins de 3 ans ainsi que les entreprises répondant à la définition européenne de la PME-PMI proposant un projet novateur en cours de développement.
  • Une catégorie spéciale « Étudiants »

Il se déroulera du 8 au 10 mai à Monaco. À cette occasion Romain Di Costanzo, incubé IMT Mines Albi et Linh Phuong Luong, étudiante entrepreneur présenteront leur projet respectif.

 

 

A cette occasion, découvrez les portraits des deux finalistes en interview !

Interviews

portrait_4_8_small.jpg
Romain Di Costanzo

 

Romain DI COSTANZO - HYCCO

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

J'ai passé environ 7 ans à travailler à Toulouse dans l'industrie spatiale. Différentes opportunités m'ont ensuite permis de travailler à l'étranger (Hobart, Vancouver), en tant qu'ingénieur de recherche en océanographie. C'est là bas que j'ai décidé de monter une startup en accord avec mes valeurs, orientée vers l'avenir, et les énergies vertes. Mon projet nécessitait à la fois un cadre industriel, mais également un cadre académique. C'est ainsi que je suis tombé sur IMT Mines Albi, qui propose un incubateur technologique, à même de concrétiser mon idée.

  • Pouvez-vous nous présenter votre projet ?

Notre projet consiste à faciliter la démocratisation des piles à combustibles. Pour cela, il faut imaginer des piles à combustibles capables d'utiliser n'importe quelle source d'hydrogène, afin de mailler rapidement le territoire avec ces technologies. Ces systèmes sont en train de voir le jour, mais ils sont peu durables à cause du manque de matériaux capables de supporter les conditions sévères qui règnent en leur sein. HYCCO a pour but de développer des matériaux de ruptures pour ces systèmes de demain. Les matériaux que nous développons sont plus légers, plus durable, et plus fins que les matériaux actuels. Les systèmes pour lesquels ils sont destinés peuvent utiliser dès aujourd'hui du gaz naturel, présent dans de nombreuses habitations, mais peuvent aussi s'interfacer avec tout site de production de biogaz, comme les méthaniseurs par exemple.

  • En quoi rejoindre l'incubateur a t-il été bénéfique pour HYCCO ?

 Afin de lever les différents verrous technologiques, nous avions besoin de machines industrielles, et d'experts dans le domaine des composites. L'incubateur nous a permis d'obtenir les deux. Non seulement nous avons accès à des pilotes d'essais extrêmement sophistiqués, mais nous sommes également accompagnés par un enseignant chercheur, expert dans la mise en forme de matériaux composites, afin de nous aider à lever les verrous que nous rencontrons.

  • Quel est l'enjeu d'une participation à ce concours ?

 Pour nous, ce concours nous permet à la fois de rencontrer des acteurs impliqués dans la transition énergétique, mais également d'autres entrepreneurs, ce qui est toujours intéressant, afin d'échanger sur leur parcours et leurs méthodes de financement. Et puis, qui sait, peut être aurons-nous un prix ? Cela nous permettrait de financer une partie du brevet que l'on est en train de déposer.

  • Comment voyez-vous votre projet dans 5 ans ?

Notre projet vise à mettre en place une équipe de 6 experts d'ici 4 ans, capables d'industrialiser notre procédé de fabrication, et de produire de petites unités de piles à combustibles pour le marché de la cogénération. Nous espérons dans tous les cas devenir un acteur incontournable dans la mise en forme de matériaux composites, sur les technologies de demain qui sont en train de voir le jour.

 

 

Linh Phuong Luong - doctorante Institut Clément Ader Albi

 

luong.jpg

Phuong Luong

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Phuong Luong, je suis doctorante en 2ème année de thèse au à l'Institut Clément Ader sur le site d'Albi (ICA-A). Avant d'arriver à IMT Mines Albi, j'étais ingénieur de recherche et j'ai été diplômée en Mastère spécialisé en Mise en Formes des Matériaux à Mine Paristech (Sophia Antipolis) et également diplômée en Formation d'Ingénieur à l'université Paris XI. Je suis arrivée à IMT Mines Albi pour la thèse qui porte sur la problématique de mesure des champs cinématiques à chaud par la méthode corrélation d'image (DIC).

  • Pouvez-vous nous présenter votre projet ?

 Le projet porte sur le système chauffe-eau instantané par la radiation. Ce système permet d'économiser de l'eau et de l'énergie grâce à la chauffe d'eau quasi-instantanée au point de distribution. Il est moins encombrant, facile à installer et à maintenir par rapport aux chaudières classiques.

  • Pouvez-vous nous parler de la naissance de votre projet et du choix d'emprunter le parcours étudiants entrepreneurs ?

En France, à ma connaissance, il n'y a pas encore de système chauffe-eau par le rayonnement. Aux Etats-Unis, ce système a déjà commencé à être utilisé dans les hôtels et dans les cliniques de beauté. Avec mon collègue, nous avons eu l'idée de créer un chauffe-eau par rayonnement en améliorant la technologie actuelle. IMT Mines Albi et ICA-A dispose de l'expertise dans le domaine énergétique (rayonnement), et une partie de ma thèse est liée au problématique du rayonnement, sujet pour lequel je possède des connaissances. C'est pour cela nous sommes partants pour le projet chauffe-eau par rayonnement !

Nous sommes une équipe qui vient du Vietnam. Notre idée était présente mais nous ne connaissons pas forcément le réseau PME, PMI de la région ou BPI France pour monter un start-up. C'est pour cela que nous nous sommes inscrits au parcours Etudiant-Entrepreneurs de l'école pour développer notre réseau et pour avoir des conseils avisés.

  • Qu'attendez-vous de ce concours ?

Grâce à ce concours, nous aimerions pouvoir diffuser l'information, discuter avec les ingénieurs sur la technologie et intéresser des investisseurs.

  • Comment voyez-vous votre projet dans 5ans ?

Nous aimerions pouvoir déposer un brevet et monter une start-up dans le domaine du chauffe-eau sanitaire.

 

Retour sur l'édition 2018

En 2018, un prix spécial SMEG avait été attribué à la société Marianka pour son projet "La Matière Bavarde" incubé à IMT Mines Albi. La société est spécialisée dans les surfaces interactives, connectées. "La Matière Bavarde" est une technologie brevetée permettant de transformer toutes les surfaces en capteurs.

marianka

marianka, par csuderie