MÉLISSA GROMAIRE

sans_titre-1.jpg

Mélissa GROMAIRE, option Ressources, conversion et Efficacité Énergétique

 

Dans le vent

melissa-gromaire.jpeg

melissa-gromaire.jpeg, par asdevy

Au lycée, elle se souciait de l’avenir de la planète, consacrant ses Travaux Personnels Encadrés au sort des plastiques usagés. Mélissa Gromaire a choisi l’école des Mines d’Albi en grande partie pour son offre d’enseignement dans le domaine des énergies. Grâce aux partenariats internationaux très diversifiés de l’école, la jeune femme a pu se positionner sur le marché des énergies renouvelables de manière efficace.

Entrepreneuriat durable

« Ils proposaient un cursus international tout en anglais sur le développement durable et les énergies renouvelables, avec une approche orientée affaires, entrepreneuriat, qui m’intéressait particulièrement », explique Mélissa. Pendant un semestre, la future ingénieure a notamment mené un projet de création d’activité innovante, développant, des toilettes portatives écologiques, utilisables sans réseau d’eau ni d’électricité, pour des festivals ou d’autre évènement extérieurs. « Il fallait travailler en équipe multiculturelle, avec des élèves du monde entier, construire un business plan, et à la fin, réussir à convaincre le jury comme s’ils étaient des finances potentiels », raconte-t-elle, ravie de cette expérience allemande.

De retour à IMT Mines Albi pour effectuer ses derniers mois de cours, Mélissa, inscrite en spécialité « ressources, conversion et efficacité énergétique » a approfondi les aspects technologiques du secteur, enchaînant cours et projets, intervenant aussi chaque semaine dans une école primaire du Tarn pour expliquer aux enfants le fonctionnement des éoliennes, ces fleurs d’aciers animées par le vent qu’elle leur présentait grâce à des jeux.

L’Allemagne, acteur clé des technologies vertes

C'est dans le secteur des éoliennes justement, que va s’orienter au final Mélissa. Objectif de son stage de fin d’études : repérer en France de nouveaux sites adaptés à l’implantation d’éoliennes, prendre langue avec les autorités et les habitants et réfléchir avec l’ensemble des acteurs du territoire aux conditions de cette implantation. Son poste de chargée de prospection et d’expertise éolienne nécessite compétences techniques mais surtout capacité d’écoute et de conviction.

« Mon passage à Birkenfeld se révèle précieux. J’ai beaucoup appris en matière de négociation avec des parties prenantes et je me suis familiarisée avec la mentalité allemande, la manière dont ils recherchent le consensus. L’entreprise qui m’emploie est filiale d’une groupe allemand ».